Événements
Les résultats de l’enquête Be WaPP

Durant tout le mois de juillet, sur les aires autoroutières wallonnes et internet, quelque 1.000 personnes ont répondu à l'enquête menée par Be WaPP afin de connaître les habitudes des vacanciers en matière de comportement vis-à-vis des déchets.

Vous trouverez les résultats - parfois surprenants - de cette enquête ci-dessous :

 

resultats-enquete_1

28% des personnes interrogées considèrent qu’il est acceptable de jeter son trognon de pomme par la fenêtre de son véhicule, contre 2% pour un mégot de cigarette, 1% pour un emballage de biscuit et 1% pour une canette.

68% des personnes interrogées prévoient des sacs plastique pour y mettre leurs déchets lorsqu’ils voyagent en voiture et les jettent lorsqu’ils arrivent sur une aire de repos. 38% des sondés accumulent leurs déchets dans leur voiture et les éliminent dans la première poubelle disponible. Et 2% des voyageurs se débarrassent de leurs déchets comme ils l’entendent.

resultats-enquete_2

resultats-enquete_3

Entre 33 et 39% des personnes interrogées considèrent comme moyenne la propreté le long des autoroutes, dans les bretelles d’accès et sur les aires de repos. La propreté dans les bretelles d’accès est considérée comme la plus problématique avec 42% des personnes sondées lui attribuant un score de mauvais à très mauvais (scores 1 et 2). Quant aux aires de repos, elles sont jugées assez propres à très propres par 34% de la population (scores 4 et 5).

La solution pour plus de propreté publique ? Eduquer les enfants dès le plus jeune âge pour 91% des personnes interrogées, davantage de sanctions et d’amendes pour 70% des sondés et plus de poubelles pour 67%.

resultats-enquete_4

resultats-enquete_5

Enfin, quand on interroge les gens sur leur engagement personnel vis-à-vis de la propreté publique, 67% d’entre eux mentionnent “être irréprochable afin de montrer l’exemple”, 63% s’engagent à faire la remarque à leurs enfants et 43% vont désormais équiper leur voiture d’une poubelle. Enfin, 10% de l’entièreté des personnes sondées (fumeurs et non fumeurs) s’engagent à ne plus jeter de mégot par terre.