(Deutsch)

 

10 communes wallonnes et 1 intercommunale engagées pour une Wallonie Plus Propre

Fin 2016, un appel à projets a permis aux communes et intercommunales de gestion de déchets de rentrer des projets visant à améliorer la propreté publique.

10 communes wallonnes et une intercommunale ont été sélectionnées pour mettre en œuvre ces projets dits “intégraux” en raison de leur approche globale basée sur les 5 piliers de la propreté publique que sont la sensibilisation, l’infrastructure, la répression, la participation et la gestion de l’espace.

Pour rappel, ces communes vont bénéficier chacune d’un subside de maximum 25.000 EUR octroyé par la Wallonie.

Les communes qui souhaiteraient communiquer sur leur projet intégral peuvent le faire au moyen du texte mis à leur disposition. Ce texte reprend le contexte de l’appel à projet ainsi que les acteurs impliqués.

Avant toute utilisation du logo Wallonie Plus Propre, n’hésitez pas à consulter la charte graphique et à télécharger les différents formats/versions du logo.

Retrouvez ci-dessous un résumé de l’ensemble de ces projets.

Aubange

 

La commune d’Aubange, située au croisement de 3 frontières, doit faire face à un nombre important d’infractions en matière de dépôts sauvages.

Le but du projet est de renforcer l’assise de « volonTerres » qui se verront attribuer des zones du territoire communal quadrillé en une vingtaine de secteurs. Le territoire sera donc pris en charge par ces comités de quartier qui serviront de relais locaux, pour signaler les zones à problèmes (notamment via le recours à une application mobile) et procéder à leur nettoyage.

Certains lieux-phares, ainsi que des endroits à fauchage tardif, sont visés. Des caméras de surveillance vont également être installées.

Outre l’équipement correct des VolonTerres pour mener à bien leurs actions, une campagne sous le nom d’Assises de la propreté est prévue.

Différentes actions de sensibilisation à destination des écoles, clubs, associations, nouveaux résidents… seront menées, comprenant notamment la distribution de matériel de propreté telles que des cendriers de poche ou des poubelles de voiture.

 

La Roche-en-Ardenne

 

La Roche-en-Ardenne présente l’originalité d’être un lieu touristique. Le projet aborde cette spécificité, tout en intégrant également les Rochois au travers d’une campagne misant sur la beauté de la ville et la fierté d’en être un habitant.  

La participation des citoyens sera favorisée par le parrainage de zones de promenades et la création d’affiches par les écoles. De plus, une enquête auprès d’un large public au centre-ville permettra de mesurer le ressenti face à la notion de « ville propre ». 

La réhabilitation des canisites, l’amélioration des infrastructures, la distribution de cendriers de poche aux fumeurs et de welcome packs aux touristes sont prévues, de même qu’un partenariat avec l’Horeca pour l’installation de cendriers. 

Au niveau de la répression, des caméras de surveillance « tournantes » seront placées dans des endroits stratégiques, et une application sur tablette sera mise à disposition des agents constatateurs (photo + PV). De plus, le bulletin communal rappellera régulièrement les sanctions encourues en cas d’infraction.

 

Martelange et Vaux-sur-Sûre

 

En focalisant leur énergie sur quelques lieux prioritaires (voiries et cours d’eau à proximité de la forêt d’Anlier), ces 2 communes se sont associées pour proposer un projet commun visant à enrayer la présence de déchets sauvages et plus particulièrement des canettes sur leurs territoires.  

Une opération de ramassage des déchets sera organisée pour identifier les points noirs et y mener des actions de sensibilisation adéquates, ainsi que des actions de répression

Un barrage flottant sera installé pour récolter les déchets dérivant sur la Sûre et  des  reTRIcycles personnalisés vont être  acheté  pour être utilisé lors d’opération de ramassage le long du RAVeL  qui  relie les  deux  communes, à l’occasion d’événements durant lesquels des déchets sont susceptibles d’être abandonnés sur la voie publique ou encore lors de la fête  de la propreté.

A travers des photographies représentant les acteurs du maintien de la propreté publique, les communes souhaitent mener une large campagne de sensibilisation. Les commerces seront également invités à participer à cette campagne et seront même le théâtre d’une enquête auprès de la population pour connaître les habitudes des clients en matière de propreté publique.

A la fin de cette campagne de sensibilisation, une fête de la propreté qui mêlera activités festives et éducatives sera organisée.

 

Ciney

 

L’originalité du projet proposé par la commune de Ciney repose sur la participation active d’agriculteurs locaux.  

Les abords des voiries souillés par des déchets sauvages jouxtent bien souvent des champs ou des pâtures d’agriculteurs, avec pour effets de rendre les animaux malades par ingestion de déchets ou de voir des déchets se mélanger aux récoltes.

Le projet consiste à prendre en photo des agriculteurs bien connus des citoyens et de les mettre en scène sur des affiches plantées sur le bas côté des routes.  

Cette personnalisation du message lié à la propreté publique devrait interpeller les citoyens et les inciter à réfléchir à leur comportement.  

Une campagne de sensibilisation sera également menée contre les chewing-gums et les mégots. 

En ce qui concerne la répression, une caméra sera installée dans la commune.

 

Gerpinnes

 

Un plan de prévention des déchets sauvages et des dépôts clandestins sera établi sur l’entièreté de la commune de Gerpinnes. En parallèle, la commune souhaite embellir le cadre de vie des citoyens. Il s’agit d’associer la notion de « village propre » à celle de « village fleuri ». Pour ce faire, la commune veut mettre en place une commission de propreté publique regroupant les différents acteurs de terrain (agent constatateur, police de proximité, service travaux, conseiller environnement, représentants de l’ICDI, …)  et réaliser une cartographie des incivilités.  

Sur base de cette cartographie, des publics et endroits cibles seront identifiés. En collaboration avec les publics cibles, les équipements et actions (par ex. distribution de poubelles de voiture, cendriers de poche,..) à mettre en place seront déterminés.   

Les zones cibles de dépôts clandestins feront l’objet d’un embellissement floral pour briser leur image d’endroit abandonné.   

Une campagne de communication mettant en évidence des ambassadeurs de la propreté sera organisée. Elle visera à nourrir la fierté d’appartenir à une commune ‘propre’ et permettra aussi de mettre en lumière ceux qui œuvrent quotidiennement à la propreté de la commune.

 

Huy

 

La ville de Huy est confrontée à de fréquents dépôts clandestins au pied de sites de bulles à verre hors milieu urbain, dans des endroits à faible contrôle social.  

Un contrôle accru en-dehors des heures de bureau sera organisé par les agents constatateurs dans le but d’interpeller les personnes inciviques et d’établir un dialogue. 

L’aménagement de l’espace autour des bulles à verre sera revu de manière à limiter le risque de dépôt sauvage.

Le recours à des caméras factices et réelles est prévu. 

Enfin, les citoyens et utilisateurs de bulles à verre seront sensibilisés par le biais de panneaux didactiques et humoristiques et un relai via les canaux de communication de la ville.

 

La Hulpe

 

La commune de La Hulpe lancera sa campagne de propreté en communiquant sur les moyens mis en œuvre pour lutter contre la malpropreté, en ce compris les amendes administratives. La commune mise sur 2 axes : « la commune en fait plus » et « le citoyen responsable ».

La participation sera favorisée au travers d’un brainstorming dans le cadre de l’opération « smart village » impliquant les écoles, les mouvements de jeunesse, les citoyens et les commerçants. La commune déplore une évolution négative du comportement citoyen. Elle souhaite dès lors replacer au cœur du débat l’idée que la propreté est bien l’affaire de tous. Une campagne de sensibilisation dans les écoles primaires et secondaires sera organisée. 

Un nouvel agent communal sera formé à la répression de la délinquance environnementale. Il rejoindra l’éco-conseillère déjà assermentée en cette matière.

La cartographie des poubelles et cendriers de rue ainsi que d’autres outils pour cartographier la propreté publique permettront de mieux gérer l’espace public.

L’achat d’un véhicule électrique permettra une vidange plus aisée des poubelles, le nettoyage des voiries et du mobilier urbain. Des caméras de surveillance seront placées sur les lieux de dépôts clandestins fréquents, en particulier sur les chemins isolés avec peu de contrôle social. 

Chaque action menée fera l’objet  d’une « fiche-propreté » reprenant les actions, les espaces publics visés, le public-cible, les moyens mis en œuvre, la situation de départ et l’évaluation de l’évolution de la situation.

 

Liège

 

L’objectif du projet est de lutter contre les dépôts clandestins, et plus particulièrement les encombrants, sur tout le territoire de la Ville de Liège.  

Une action intensive de répression sera menée durant un mois en collaboration avec la police de Liège. 

En matière de sensibilisation, un spot TV et radio créatif et original sera largement diffusé dans les cinémas de la Ville, sur RTC, les réseaux sociaux et les principales radios. Une campagne d’affichage viendra compléter le dispositif. Un dépôt clandestin fera l’objet d’une analyse de la police scientifique à l’instar de ce qu’on peut voir quotidiennement dans les feuilletons policiers. 

Un appel à projets sera lancé auprès de la société civile en vue de répondre à la problématique des dépôts clandestins. 

Enfin, un rôle majeur sera accordé à la Ressourcerie comme débouché pour les encombrants. La population sera informée davantage de l’existence de ce service et de ses modalités de fonctionnement.

 

Wanze

 

A Wanze, deux agents constatateurs ainsi qu’un gardien de la paix seront mobilisés pour sanctionner les infractions et entamer un dialogue avec les citoyens.  

Une campagne de communication sera organisée tout au long de l’année sur base de messages clairs et humoristiques illustrés par un caricaturiste. 

Des kits « propreté » seront distribués aux nouveaux habitants, accompagnés d’un fascicule informatif sur le thème de la propreté publique. 

Différentes actions de ramassage de déchets sont prévues. La mise en place d’un réseautage de citoyens renforcera l’assise sociale et la réappropriation de quartiers par les habitants, en vue d’une amélioration de la propreté publique.  

Une identification des points noirs a été réalisée, de même que celle de zones de non-droit, « abandonnées ». Elles feront l’objet d’un aménagement convivial et propre.

 

Intercommunale ICDI

 

Le lieu visé par le projet est le quartier « Porte Ouest » de Charleroi, d’une superficie d’environ 0,5 km². Il s’agit d’un quartier qui rencontre des problèmes majeurs et récurrents de propreté publique, matérialisés par de nombreux dépôts clandestins.  

Le but du projet est de développer une plate-forme « Mon quartier plus propre » afin de rassembler les forces vives du quartier et mettre en œuvre un plan d’actions dont les grands axes seraient de : 

  • rappeler aux citoyens les règles de base en matière de propreté publique
  • sensibiliser via les réseaux sociaux au fait que les actes d’incivilités environnementales sont punissables, notamment lors d’animations dans les écoles
  • développer une campagne d’affichage
  • travailler sur des groupes-cibles avec une approche personnalisée