Réalisations

Livre Blanc - 10 Recommandations pour une Wallonie Plus Propre

Comment améliorer la propreté publique en Wallonie ? En actionnant quelques leviers bien choisis. Dans un Livre Blanc qu’elle adresse aujourd’hui aux décideurs politiques et à toutes les parties concernées par la propreté publique, l’asbl Be WaPP met en avant 10 points d’attention incontournables pour une Wallonie Plus Propre.

Depuis sa création, Be WaPP, pour une Wallonie Plus Propre, a développé une expertise en matière de propreté publique.

Au-delà de la sensibilisation et la réalisation d’actions de grande ampleur telles que le Grand Nettoyage de Printemps et les Ambassadeurs de la Propreté, Be WaPP mène également des projets opérationnels avec nombre de partenaires publics ou privés ; elle a également commandité ou participé à plusieurs études menées par des organismes indépendants.

 

Forte des enseignements tirés de ces études et de sa propre expérience, Be WaPP propose aujourd’hui 10 recommandations pour une Wallonie plus propre :

 

  • Dynamiser la propreté publique au travers d’un centre de référence

Be WaPP plaide pour être reconnue comme un centre d’expertise à même d’organiser une concertation avec tous les acteurs concernés, qu’ils soient publics ou privés, afin qu’une politique cohérente en matière de propreté publique soit menée à l’échelle de la Wallonie.

  • Lutter contre la malpropreté, une responsabilité partagée

Be WaPP plaide pour que toutes les parties co-responsables de la malpropreté publique assument leur part de responsabilité et contribuent à l’effort dans le cadre d’une répartition équitable des charges.

  • Mesurer pour optimiser

Be WaPP plaide pour la mise en place d’un tableau de bord de la propreté publique reposant sur un panel d’indicateurs qui permet d’avoir une vue sur la quantité, la nature et le coût des déchets sauvages et des dépôts clandestins trouvés dans l’espace public.

  • Ancrer la propreté par l’éducation auprès des nouvelles générations

Be WaPP prône l’intégration de la propreté publique dans les programmes scolaires ainsi que sa reconnaissance en tant que valeur citoyenne dans le cadre d’une approche éducative large.

  • Responsabiliser l’ensemble des gestionnaires du maintien de la propreté publique

Be WaPP plaide pour la mise en place d’un espace de dialogue et de concertation entre les différents acteurs en charge du maintien de la propreté afin d’identifier et de répartir leurs responsabilités.

  • Généraliser l’usage d’un plan local de propreté

Be WaPP plaide pour que les 262 communes de Wallonie se dotent d’un Plan Local de Propreté de manière à intégrer la lutte contre la malpropreté dans la stratégie globale de la commune.

  • Inscrire la lutte contre la malpropreté dans l’économie circulaire

Be WaPP plaide pour associer maintien de la propreté publique et économie circulaire en favorisant le tri et le recyclage des déchets sauvages et des dépôts clandestins.

  • Mieux former les gardiens de la propreté publique

Be WaPP plaide pour la formation continue des gardiens de la propreté et pour la création d’une Académie de la propreté publique.

  • Lever le sentiment d’impunité au travers d’une politique répressive efficace

Be WaPP plaide pour la constitution et la dynamisation d’un réseau d’agents en charge de la gestion des incivilités en matière de propreté publique, pour le recours approprié aux peines alternatives, ainsi que pour l’organisation de la Semaine de la Répression.

  • Favoriser l’innovation comme moteur de changement

Be WaPP plaide pour davantage d’innovation au niveau communal ou supra-communal dans le cadre de la gestion de la propreté publique et encourage l’ensemble des entreprises à faire preuve de créativité et d’originalité afin de minimiser l’impact de leurs produits et emballages sur la propreté.

 

« La propreté publique est un enjeu sociétal complexe, qui nécessite l’implication et la collaboration de tous, à tous les niveaux, épingle Benoit BASTIEN, Directeur de Be WaPP asbl. Be WaPP souhaite que son combat pour la propreté soit reconnu d’utilité publique et s’inscrive dans la durée. En effet, il ne pourra être gagné que si les mentalités changent durablement et que le respect de la propreté publique devient une norme transgénérationnelle. »

Le Livre Blanc peut être téléchargé ici