News

Une vidéo réalisée en collaboration avec Wallonie Plus Propre fait le buzz sur les réseaux sociaux

Ce 1er juin vers 11h30 a eu lieu une manifestation ludique autour de l’Institut d'Enseignement Secondaire Paramédical Provincial de Mons (IESPP) afin de sensibiliser les élèves au fait de ne plus jeter leurs mégots par terre. Il s’agit de l’apogée d’un projet débuté en 2016, et porté par les élèves d’une classe de 5 ème techniques sociales. Pour ce projet, les élèves ont réalisé une vidéo avec la complicité des forces de police et de Wallonie Plus Propre. Postée sur les réseaux sociaux, cette vidéo a été visionnée 552.000 fois en une semaine, un véritable buzz !

Rappel contextuel et historique de l’action

Dans le cadre du projet de l’Assemblée des Jeunes Wallons pour l’Environnement (AJWE) qui se tient tous les 2 ans, un groupe de jeunes a décidé de travailler sur la problématique de la propreté. Un groupe d’élèves de l’IESPP s’est donc intéressé de plus près à un déchet sauvage que l’on retrouve en grosse quantité autour de l’école, à savoir le mégot.

L’action 1 : en mars 2016, les élèves ont mis sur pied une action de sensibilisation qui s’est déroulée en 6 étapes :

  • 4 temps de midi pour ramasser un maximum de mégots et les mettre dans un cylindre en plexi
  • 1 temps de midi pour distribuer des cendriers de poche (offerts par HYGEA), petite mise en scène d’un élève déguisé en mégot, diffusion de message chocs (temps de décomposition du mégot, impact sur l’environnement et la santé, …) et création d’une vidéo (https://www.youtube.com/watch?v=Wew9YyWTfaU )
  • Une rencontre éco-citoyenne en avril qui a rassemblé autour de la table : Pierre Bizel (Observatoire de la Santé), Simon Jungst, Laurence Dreumont, Mlle Michaux et Monsieur Gaggiano (pour la Police de Mons-Quévy), Christel Dehasseleer (Direction IESPP), Renaud Servotte et Alexandre Taulet (Agenda 21 - Province), Edwin Schwagten (Hygea), Savine Moucheron (conseillère communale CDH Ville de Mons), Hervé Jacquemin (conseiller communal MR Ville de Mons), Maxime Sonia Lorena Larbi et Lucas (élèves organisateurs). Excusée : Eco-conseillère de la Ville de Mons. L’objectif de cette rencontre étant de réunir les acteurs liés à cette problématique et de mettre au point des collaborations. Celles-ci ont donné lieu à une étroite collaboration entre la cellule Be WaPP, pour une Wallonie Plus Propre, et les élèves, en incluant la Police de Mons-Quévy.

Etape intermédiaire : l’IESPP a fait installer 4 cendriers muraux sur les grilles à l’entrée de l’école.

L’action 2 : Pour l’année scolaire 2016-2017, les élèves avaient décidé qu’il fallait taper sur le clou et mettre sur pied les idées qui avaient germé lors de cette rencontre éco-citoyenne. A savoir : avec le soutien de la cellule Be Wapp et de la Police réaliser une mise en scène abordant la sanction/amende de 100€ pour un déchet jeté à terre. Le but étant de faire parler les jeunes, de les faire réagir et qu’ils comprennent l’importance du bon geste : jeter son mégot dans un cendrier ou dans une poubelle. Avec le soutien de la cellule Be WaPP, les élèves ont pu réaliser une vidéo virale qui est en ce moment diffusée et qui a atteint les 44.000 vues en 24h et qui soulève un véritable débat. L’étape suivante est de dévoiler le pot au rose et de refaire une action super mégot (déguisement, distribution de cendriers de poche et messages de sensibilisation)

Concrètement : ce jeudi 1er juin entre 11h50 et 12h40, les élèves sont sortis sur le trottoir de l’école pour cette dernière action de l’année et parler de la vidéo.

Un petit projet illustratif de l’approche des 5 piliers suivie par Wallonie Plus Propre

  • Sensibilisation : différents outils ont été développés : autocollants à coller sur les cendriers pour les rendre plus visibles, affiches à disposer dans les lieux de passage de l’école, petit film, manifestation
  • Infrastructure : mise en place de cendriers muraux
  • Répression : collaboration avec la police de la zone de Mons Quevy pour montrer que l’impunité n’est pas de mise, même pour un délit qui peut sembler anodin aux yeux de certains
  • Participation : il s’agit d’un projet reposant sur la collaboration de différents acteurs : l’école (et son PO, la Province), les élèves (initiateurs du projet), Goodplanet (catalyseur), la police et Wallonie Plus Propre (finance, démarche créative et stratégie)
  • Gestion de l’espace : volonté de tous de faire de l’environnement scolaire un lieu où il fait bon vivre et étudier !