News

STOP à la malpropreté autour des bulles à textile

TROP DE DÉCHETS MÉNAGERS SONT DÉPOSÉS DANS ET AUTOUR DES BULLES À TEXTILE, ELLES NE MÉRITENT PAS CELA !

Ce 9 juin, Wallonie Plus Propre et les collecteurs Solid’R Oxfam, Les Petits Riens et Terre, en collaboration avec l’Echevinat de l’Environnement de la Ville de Namur ont décidé de tester une approche ludique pour sensibiliser à la malpropreté autour des bulles à textile.

DES ENJEUX FINANCIERS ET CITOYENS

Les déchets autour et dans les bulles à textile engendrent des problèmes à deux niveaux :

  • Autour des bulles : le nettoyage des immondices aux alentours des bulles représente un coût important supporté par la commune et ses citoyens. A Namur, c’est la propreté autour de 17 bulles sur 118 qui pose particulièrement un réel souci de propreté.
  • Dans les bulles : près de 15% du contenu des bulles à textile sont constitués de déchets indésirables, comme des ordures ménagères par exemple. Ces incivilités représentent une lourde charge financière (coût de collecte et de traitement) pour les entreprises d’économie sociale (labellisées Solid’R) qui collectent les textiles usagés qui disposent dès lors de moins de moyens pour réaliser leurs actions sociales : réinsertion professionnelle, aide aux personnes sans abri, coopération Nord-Sud, etc.

QUELQUES FAITS ET CHIFFRES

A Namur, au travers d’un réseau de 118 bulles gérées par les opérateurs Solid’R, ce sont plus de 904,36 tonnes de textiles qui sont collectés soit près de 8,17 kg par habitant en 2017.
En Wallonie et à Bruxelles, plus de 27.000 tonnes de textiles sont collectés chaque année par les opérateurs Solid’R en grande partie via un réseau de 4.100 bulles à textile sur ce territoire.
On estime que 10% de cette collecte est revendu en seconde main, 50% prend le chemin de l’export, 25% est recyclé en chiffons d’essuyage ou nouveaux textiles, le reste (15%) étant incinéré avec récupération de chaleur.
Du fait de la présence de déchets indésirables dans et autour des bulles à textile, les opérateurs Solid’R qui collectent les textiles usagés doivent supporter aujourd’hui un coût annuel de l’ordre de 700.000 euros par an pour les sites situés en région wallonne et à Bruxelles ! Les déchets trouvés le plus souvent autour des bulles sont du verre, des déchets textiles, des ordures ménagères, des encombrants et des déchets électriques et électroniques.

LA MALPROPRETÉ N’EST PAS UNE FATALITÉ

Ans, La Louvière, Tubize et Namur ont décidé de réagir face à l’incivisme d’une partie de la population et ont décidé de mener campagne pour plus de propreté autour des bulles à textile avec le concours de Wallonie Plus Propre et des collecteurs Oxfam, Terre et Les Petits Riens (labellisés Solid’R et membres du réseau Ressources). Cette campagne est constituée de plusieurs actions qui se complètent mutuellement.
Une première action consistera en un « coup de poing » mené avec des comédiens de rue qui aura lieu notamment rue de Fer à Namur le samedi 9 juin dès 14h.
Un prolongement de cette action, se fera, fin août, à travers la diffusion d’un spot radio, d’une vidéo sur les réseaux sociaux mais également et surtout par l’organisation d’une opération « choc » de sensibilisation et d’information aux usagers et aux riverains des 17 bulles textiles namuroises dont les abords sont problématiques.
Cette campagne de plusieurs mois se veut un appel à la responsabilité personnelle de chacun : respectez les règles de tri (rappelées sur les bulles à textile), pensez au personnel qui trie le contenu des bulles à la main, utilisez les sacs-poubelles réglementaires de votre commune pour vos déchets ménagers, rendez-vous dans un recyparc ou appelez une ressourcerie pour les autres déchets etc.
Dans le même temps, les communes mèneront des actions de répression accrues autour des bulles à textile. Pour rappel, tout dépôt clandestin est passible d’amendes qui peuvent aller jusqu’à 350 euros.

A PROPOS DU LABEL SOLID’R

Il est bon de rappeler que les Entreprises d’Economie Sociale (14 opérateurs dont Terre Oxfam et Les Petits Riens) se sont regroupées autour d’un label qui s’appelle Solid’R.
Le label Solid'R permet de distinguer les organisations qui s'engagent au respect volontaire de règles éthiques et solidaires et à leur contrôle par un organisme indépendant. Ce label, présent sur les bulles des Entreprises d’Economie Sociale, garantit que les dons contribueront à des projets de solidarité.